Nouvelle interview Figaro

11 août 2007

A l'occasion de la fin du tournage de Figaro, Isabelle Adjani a accordé une interview supplémentaire au Parisien TV Hebdo. Quelques redites par rapport aux entretiens précédents mais aussi quelques infos!

Le Parisien : Vous n'aviez pas tourné pour la télévision depuis "Le Secret des Flamands". Qu'est-ce qui vous motive?
Isabelle Adjani :
Jacques m'a proposé simplement cette adaptation exquise de l'univers de Beaumarchais. C'est léger, mozartien. Comme une thérapie. J'aime son regard sur le théâtre, le cinéma et les acteurs. Nous parlons la même langue. Et on a rarement affaire à un réalisateur qui nous ramène à notre vocation première, le théâtre et le jeu.

LP : Qu'est-ce qui vous touche dans cette Comtesse?
IA :
Elle n'est pas figée. Elle est parfois triste, parfois comique comme on l'est dans la vie courante.

LP : Comment Jacques Weber dirige t-il?
IA :
Sa fluidité dans le travail, sans prise de tête, est un vrai bonheur. Les deux seuls jours où je l'ai vu préoccupé, par la météo notamment, je lui ai même lancé : "Tu as l'air concentré aujourd'hui", c'est dire... Jacques est capable de rebondir sur une intention de ses acteurs et d'inventer sur le moment une nouvelle séquence.

LP : Son fils, Stanley, campe Chérubin. Comment l'avez-vous trouvé?
IA :
C'est un mélange de Montgomery Clift et de John Wayne! Il est superbe. Pour le taquiner, même s'il a passé des essais, nous le surnommions "le fils à papa". (Eclat de rire).

LP : "Scènes de la vie d'acteur", de Denis Podalydès, est un de vos livres de chevet. En avez-vous parlé avec lui?
IA :
Oui, car il y a tout dans ce livre là. On découvre de l'intérieur comment fonctionne un comédien : les malentendus dans le travail, l'épreuve permanente du jeu... Denis est d'ailleurs l'acteur favori de mon plus jeune fils.

LP : Et votre album avec Pascal Obispo, chez Columbia?
IA :
Il est fini et devrait sortir dans quelques mois. J'ai écrit un des textes et Pascal Obispo y montre un autre visage de compositeur. Le tout est plus intime.





Propos recueillis par François Cardinali.