LISTE TECHNIQUE
Réalisation: Lætitia Masson
Scénario: Lætitia Masson
Assistante réalisation: Odile Abergel
Photographie: Antoine Héberlé, Georges Diane
Montage: Dominique Faysse
Son: Olivier Le Vacon, Jean Dubreuil, Cyril Holtz, Philippe Amouroux
Décors: Arnaud de Moléron
Costumes: Catherine Bouchard
Maquillage: Thi Loan N'Guyen, Sophie Benaïche
Coiffure: Cédric Chami
Casting: Pascale Beraud
Musique originale: Jocelyn Pook
Directeur de production: Jérôme Chalou
Producteurs: Michèle Pétin, Laurent Pétin
Producteurs exécutifs: Bénédicte Bellocq, Souad Lamriki
Production: ARP, France 3 Cinéma, Canal+
Distribution: ARP Sélection

Durée: 125 minutes
Format image: 2.35:1 - Couleur
Format Son: Dolby SRD
Sortie France: 17 avril 2002


LISTE ARTISTIQUE
Charlotte: Isabelle Adjani
Paul: Sami Frey
Karim: Samy Naceri
La femme blonde: Aurore Clément
La soeur de Charlotte: Maria Schneider
Alice: Catherine Mouchet
La prostituée: Isild Le Besco
Joseph: Jacques Bonnaffé
L'homme à la soirée chic: Jean-François Stévenin
L'étranger: Ari Päffgen
Le sous-directeur de l'hôtel: Thierry Rode
La mère de Paul: Claudine Mavros
Le père de Paul: Georges Mavros
Le père de Charlotte: José Giovanni
La mère de Charlotte: Farida Amrouche


SYNOPSIS
Une femme, descend d'un train de banlieue. On distingue à peine son visage. A la consigne, elle récupère une valise, et s'enferme aux toilettes. Elle en ressort avec des lunettes noires et vêtue d'un ensemble chic. Une femme fatale. Au guichet, elle demande un billet pour "le premier train qui part vers la mer". Derrière elle, discrètement, un homme la suit. Une femme peut-elle refaire sa vie quand son passé la poursuit?


BANDE-ANNONCE



PHOTOS DU FILM


© ARP - France 3 Cinéma


Isabelle Adjani à propos de Charlotte, son personnage (tiré du dossier de presse) :
Lætitia et moi, on s'est rencontrées pour faire un film. On n'a pas fait un film parce qu'on s'était rencontrées et qu'on se connaissait déjà. On peut dire maintenant qu'on se connaît ... mais à peine. Pourtant, Lætitia me connaît comme presque personne.
Alors qu'elle ne savait rien de moi, -elle ne lit pas la presse people, elle ne s'intéresse pas aux stars, à leur réputation, à leur carrière-, elle a su tout de suite que je ne faisais rien comme les autres. Alors, elle ne m'a rien fait faire comme les autres dans son film.
Elle savait que je ne suivais pas les lois, que j'avais ma loi, qui est d'une autre nature, mais qui n'est pas contre-nature. Alors, mon personnage n'a aucune loi.
"Aucun homme ne la retient, ni ne l'arrête". C'est Lætitia qui le dit, qui le filme, et c'est moi qui y est.
De mon personnage, ce double, Lætitia m'a dit: "Elle n'est pas née comme les autres, du bon côté. Elle n'assume pas ses origines parce que la société les méprise. Elle pense qu'elle ne vaut rien ... parce qu'elle est sans frontières ".
Ce parcours, je le reconnais. Et si on le suit jusqu'au bout, il rend souveraine.
L'histoire de "La repentie", c'est l'histoire d'une femme qui peut enfin passer, grâce à l'amour, du repentir à la vie. Parce qu'avant, elle avait vécu, mais pas aimé.
C'est là que la comparaison vacille.
Moi, j'avais aimé, mais pas vécu.
Maintenant, je suis du côté de la vie, du bon côté de la vie et du cinéma, là où on n'a plus besoin de choisir entre soi et les autres. Là où on est bien, là où on est soi-même. Là où ceux qui vous aiment vraiment n'ont de cesse de vous laisser vivre, de vous faire tourner et de vous rendre à vous même.
Bye-bye les gremlins.
Bonjour Lætitia.
Bonjour Michèle.

Signé, Isabelle