ARTE se met en jupe

23 mars 2009

Point sur la communication d'Arte autour de La Journée de la jupe.




A l'occasion de la diffusion en avant-première sur son antenne de La Journée de la jupe, la chaîne franco-allemande ARTE a crée le site arte.tv/journeedelajupe (qui vous a peut-être dirigé vers cette page).
Ce site réunit des informations sur le film, des entretiens avec le réalisateur Jean-Paul Lilienfeld et Isabelle Adjani ainsi qu'un Blog animé par les jeunes acteurs qui interprètent les élèves.
Dans le cadre de la communication d'ARTE France autour de La Journée de la jupe, la mise en ligne de cet espace fait notamment suite à la publication sur internet de la bande-annonce teaser et à la parution d'ARTE Magazine qui propose la critique retranscrite plus loin ci-dessous.

RECTIFICATIF CONCERNANT L'ACCÈS AU FILM SUR ARTE

[Consécutivement au prime time du 20 mars, le film pourra être visionné gratuitement jusqu'au 25 mars sur ARTE+7 avant de sortir au cinéma ce même mercredi puis en DVD chez ARTE Éditions dans le courant de l'année 2009.]




- Communiqué d'ARTE
: "Les rediffusions et la disponibilité du film sur ARTE+7 prévues ont été annulées au dernier moment, et nous prions les téléspectateurs de nous en excuser. Suite au succès de la première diffusion sur l'antenne d'ARTE de "La Journée de la Jupe", la chaîne a, en concertation avec les producteurs et exploitants de salle, décidé de différer ces rediffusions (date non encore déterminée pour l'instant). Nous incitons le public à découvrir ce film en salles à partir de mercredi 25 mars 2009, ou en DVD en septembre 2009."
- Précisions de Joël Ronez, Responsable du pôle web - ARTE France : "Bonjour à tous, et merci de vos commentaires, Nous avons bien pris note de vos remarques, et comprenons la déception des internautes et téléspectateurs n'ayant pas trouvé le film aux horaires prévus, ou sur notre site Arte+7. A tous, nous renouvelons nos excuses pour n'avoir pas mis à jour à temps les informations sur le site. Nos équipes d'édition n'en ont pas eu le temps, en plein week-end, alors que par ailleurs nous étions sur une grosse production (Le Soulier de satin). En ce qui concerne le fond de la décision, nous ne pouvons la développer ici en détail. Il faut bien comprendre que la genèse de ce film obéit à un montage complexe, inhabituel (sortie salle + TV quasi-conjointe), audacieux (à l'image du propos du film lui-même), et donc qu'il est forcément soumis à des aléas. Nous présentons encore une fois toutes nos excuses aux internautes et spectateurs, et les encourageons à découvrir le film en salle.

Si vous le souhaitez, vous pouvez retrouver tous les articles parus sur Le Blog Isabelle Adjani à propos de La Journée de la jupe en suivant ce lien et aussi laisser un commentaire à la fin de ce message.


ARTE Magazine :

Au bord de la crise de nerfs, Sonia, professeure dans un collège de banlieue,
bascule dans la prise d'otages. Un état des lieux sans concession de l'impasse éducative et un rôle à la démesure d'Isabelle Adjani.

Professeure de français dans un collège “sensible”, Sonia Bergerac s’obstine à venir en cours en jupe, malgré la désapprobation de son principal, dépassé par la déliquescence de son établissement. Au bord de la dépression nerveuse, récemment quittée par son mari, elle vit de plus en plus mal sa difficulté à enseigner, la discrimination dont les filles sont victimes comme le racisme de certains élèves. Lorsqu’elle découvre une arme dans le sac de l’un d’eux, elle s’en empare et, paniquée, prend sa classe en otage. Intervention du Raid, angoisse des parents, négociations, vacarme médiatique… Dans le huis clos de la classe, l’envers de la cité se révèle…

SUR LA CORDE RAIDE
À travers ce scénario culotté d’une prise d’otages dans un collège de banlieue, Jean-Paul Lilienfeld dresse un état des lieux vertigineux de l’impasse à laquelle est confrontée l’Éducation nationale. Car ce film “sur la corde raide”, en rupture avec le politiquement correct, emprunte avec virtuosité les codes de la fiction et du cinéma d’action pour éclairer, sans concession, la complexité des enjeux : violence et confusions identitaires des élèves, enseignants à bout de souffle, laïcité en péril, aveuglement de la hiérarchie, démission des politiques… Teintée d’un humour du désespoir, cette puissante dramaturgie montre surtout combien les tensions de la cité retentissent sur la vie scolaire, jusqu’à l’implosion. Un film haletant, à fleur de peau, qui offre un rôle à sa démesure à Isabelle Adjani, Sonia d’une flamboyante fragilité, passant de l’hystérie à la drôlerie, face à de jeunes comédiens à l’irrésistible énergie.