Isabelle Adjani dit tout au Parisien

30 mars 2009

Hier, Le Parisien, dans son édition spéciale du dimanche, a consacré sa Une à Isabelle Adjani qui, à en croire leur titre, "dit tout".


Le quotidien a sélectionné des questions très ciblées qui débouchent sur une interview plutôt axée sur les positions de la comédienne vis-à-vis du monde politique. Isabelle Adjani s'est volontiers prêtée au jeu qu'elle a pris très au sérieux, au point d'être comparée à Jane Fonda par les journalistes qui l'ont interrogée.

La critique est unanime pour saluer « la Journée de la jupe », le nouveau film — superbe, violent et politique — dont Isabelle Adjani est la vedette. Pour elle, probablement un tournant.

Ce vendredi à Paris, le salon de réception d’un grand hôtel. Dans un coin, un photographe japonais s’acharne sur un empilement de gâteaux, qu’il mitraille. Lunettes sombres et grand chapeau, surgit Isabelle Adjani. Elle s’installe à une table, demande un peu d’eau puis consulte un carnet de notes griffonnées. Elle est fière, dit-elle, de l’interview politique qui lui a été proposée, mais « impressionnée ». Alors, à tout hasard, elle a préparé quelques idées, et
même une ou deux formules qui la font sourire en les retrouvant. Le photographe (avec ses clic-clac permanents) la gêne : elle demande si on ne pourrait pas déplacer… les gâteaux. Elle pose ses lunettes : elle ne se cache plus. Ses yeux sont superbes. Elle est extrêmement en forme, Isabelle. Très heureuse, à l’évidence, de l’accueil qu’a reçu son film sur Arte et chez les critiques. Pour un peu, la « conversation », comme elle dit, durerait des heures : « Vous parlez trop vite, je ne suis pas habituée… » A l’en croire, la politique lui fait « horreur », mais elle en parle, elle en parle… A la façon, mine de rien, d’une Jane Fonda. Son nouveau destin d’artiste « engagée »?

Découvrez l'interview sur le site du Parisien.
Photos Philibert