Coupe rétro pour Quartet

26 novembre 2009

Après la mise à jour récente de la fiche de Quartet, profitons-en pour nous replonger dans les archives de ELLE qui publia un article à propos de la coupe de cheveux que Jean-Marc Maniatis réalisa pour Isabelle Adjani pour le tournage du film.







ISABELLE ADJANI NE MANQUE PAS DE CRAN(S) !

Pour les besoins du film "Quartet" qu'elle tourne en ce moment sous la direction de James Ivory (avec Alan Bates et Maggie Smith), Isabelle Adjani a demandé à Jean-Marc Maniatis - coiffeur de stars - de lui faire la tête 1925. Comme Isabelle était déjà coiffée à la Louise Brooks dans "Barocco" elle a opté cette fois pour la permanente crantée.
Shlac. Les ciseaux ont coupé 15 bons centimètres. Isabelle est belle et calme (se méfier de l'eau qui dort). Elle laisse faire Maniatis qui coupe court la nuque, effile en pointe, ajuste sous l'oreille et dégrade pour que ses cheveux - fins - prennent de l'épaisseur. Isabelle m'étonne. Son teint, d'abord, est exceptionnel. C'est comme si elle irradiait. Mesurée, intelligente, elle ne parle pas pour ne rien dire. On l'a décrite pimbêche et capricieuse. C'est parce qu'elle se réserve, qu'elle ne va qu'à l'essentiel et qu'elle a besoin d'être en confiance pour se livrer. Là, entre deux bacs à shampooing, elle me raconte : "Je n'aime pas changer ma tête. Je n'aime pas les caméléons. J'aime reconnaître les gens". Elle parle des films qu'elle enchaîne : "Quand je travaille, je donne toute mon énergie, je vais jusqu'au bout, parfois même trop loin. Mais j'aime aussi décrocher pour trainer. Ça me reconstitue." Décrocher ? Elle s'est offert une pause après "Nosferatu" et "Les Sœurs Brontë", histoire de se fabriquer un petit Barnabé qui a plus d'un an.
Maintenant, elle ne cesse plus de tourner : preuve que les metteurs en scène lui ont pardonné son infidélité. "Tous mes rôles finissent en A, c'est drôle." Elle est Marya, vulnérable et suicidaire, dans le fameux "Quartet" à l'ambiance 25. Elle était Anna ("possédée par le bien et le mal et perturbée parce qu'elle n'arrive pas à dire je") pendant le tournage difficile (à Berlin) du "Possession" d'Andrzej Zulawski (à qui l'on doit 'L'important, c'est d'aimer"). Elle vient d'être Clara dans la comédie romantico-drôle de Jacques Monnet, "Clara et les chics types". Au printemps, elle sera la fille de Montant dans le Rappeneau mais le prénom n'est pas encore choisi. "Ce sera peut-être Anna, dit en riant Isabelle, car mon modèle sera Anne Chopinet, la grosse tête de Polytechnique".
La grosse tête ? Isabelle en est loin. Je dirais pour l'instant qu'elle a plutôt du cran.

Annie Chabrol
ELLE - 1820 - 24 novembre 1980