L'abécédaire de Femme(s)

1er décembre 2009
Le BIA vous propose aujourd'hui la retranscription de l'article du magazine FEMMES actuellement en vente.






2009 fut l'année de son retour en majesté. L'année prochaine est féconde en projets en tout genre. Plus belle que jamais, plus star que jamais, Isabelle ouvre notre numéro de Noël avec une interview et des photos exclusives. Un vrai cadeau !


D'abord, ça a été "oui", ensuite "non", puis "peut-être", puis "jamais". Puis "pas d'interview, juste des photos". Isabelle Adjani brouille les pistes. Isabelle est une star, une vraie, avec ce que cela comporte d'excès, de folie. Une star façon Marilyn Monroe ou Ava Gardner. A côté d'elle, Catherine Deneuve est une bourgeoise, Nicole Kidman, une machine à sous. Un temps, Isabelle a habité à Colombes avec Barnabé, le fils de Bruno Nuytten, et une copine. Les copines d'Isabelle l'entourent, l'exploitent, parfois profitent de sa gloire. Cela la rassure. Et puis elle rompt brusquement, blessée... Elle fut très amie avec François-Marie Bannier. Il a fait des photos d'elles géniales, tirant la langue. C'était au moment de La Reine Margot de Patrice Chéreau. Et puis ils se sont fâchés. Elle eut une période américaine, avec le beau Daniel Day-Lewis, père de son second fils, Gabriel Kane. Elle vécut un moment avec Jean-Michel Jarre. Cela s'est mal terminé. Aujourd'hui, on ne sait plus rien. Isabelle a placé ses écrans de fumée, et c'est bien ainsi, jamais on ne voit ses fils, on ne sait plus qui l'accompagne. Mais Isabelle l'avoue: elle ne peut vivre sans passion. D'ailleurs, elle incarne la passion. Star lumineuse, étoile fuyante, elle est aussi, quand on la connaît bien, très drôle, très simple, très intelligente, et parfaitement capable de se remettre en jeu. Comme dans La Journée de la jupe. Bizarrement, avec une filmographie où le pire voisine avec le meilleur, Isabelle fascine toujours autant. D'ailleurs, le sac qu'elle a signé pour Lancel approche la rupture de stock! Sur le plateau, l'équipe, très jeune, retenait son souffle. Pour elle, Adjani reste un mythe. Notre star est arrivée, tard, royale, gentille, attentive, très professionnelle. À 19h30, la séance était finie, les photos choisies, et Isabelle prête pour répondre à notre abécédaire.

A Amour, avenir
Je ne peux pas m'empêcher de penser à la lutte contre le sida. Je viens d'apprendre que la maladie touche tous les ans 6000 personnes de plus en France. C'est dingue! La princesse Diana, Liz Taylor, Sharon Stone, se sont vraiment impliquées, mais celle qui me touche le plus dans son élan et sa détermination depuis des années, c'est notre Line Renaud, sans oublier Carla Bruni-Sarkozy. Il faut en parler, car quel est l'avenir de l'amour si le silence s'installe.

B Bonheur
Tous les jours, je fais des petits exercices pour revenir de l'Avoir avec un grand A, à l'Être avec un grand Ê. J'ai remarqué que la générosité, ça déclenche les endorphines... l'hormone du bonheur, quelle coïncidence!

C Cinéma
Pour l'année qui arrive, le cinéma est sacrément prévu dans mon agenda. Je viens déjà de tourner Mammuth de Gustave Kervern et Benoît Delépine, les créateurs de Groland. Le rôle transversal et fugace d'une femme fantôme, dans l'histoire amusante et touchante d'un retraité tout frais, Gérard Depardieu, à qui il arrive de drôles de péripéties. Ensuite, c'est un thriller, De force, écrit et réalisé par Franck Henry, le scénariste de la série à succès Braquo sur Canal+. Je joue le rôle inédit pour moi d'un commandant de brigade de la répression du banditisme: une promotion hors pair! Il y a, parmi mes autres projets, le tournage à la fin du printemps de l'adaptation du roman de Catherine Rambert, Impostures sur papier glacé, dans lequel j'interpréterai la rédactrice en chef plus épouvantable que nature d'un magazine people qui marche, hélas! Mon premier rôle de méchante intégrale, auquel je n'avais pas encore eu droit dans ma carrière. C'est un film que je suis excitée de coproduire, car j'avais optionné les droits du roman, emballée par l'idée.

D Désir
Pas de désir sans frustration. Je fais comme pour mes enfants, je m'impose des limites, pour les dépasser autrement qu'en y cédant. Je préfère le chemin pour accéder au désir, quel qu'il soit, plutôt que le désir assouvi. Le tube planétaire Satisfaction, que chantent les Stones, donne la pêche, avec son refrain "I can't get no... satisfaction".

E Engagement
Essentiel, éthique, édifiant, efficace, entraînant, épatant, espérant... "Nous sommes engagés ou nous sommes des caillasses", comme disait Sartre. J'aime l'engagement dans le cinéma aussi, avec celui de Dominique Marzotto, la créatrice de Cinéma Vérité, un festival annuel porteur d'un message social et humanitaire. Moi, je ne suis ni pasionaria ni militante, je n'ai ni l'énergie ni la conviction idéologique pour ça, mais je ne veux pas être une pierre, encore moins un boulet. Je fais partie des marraines de l'association Innocence en Danger, qui lutte contre la pédophilie cybernétique, accompagne le juridique des victimes, et aussi leur convalescence psychologique.

F Fougues, foule, fuir
Je n'ai pas la trempe d'une rock star. Je ne suis pas à l'aise dans la foule, même si elle crie parce qu'elle m'aime avec fougue. Tous ces appareils photos et ces portables qui font caméra, ça me fait peur et ça me donne envie de fuir, de disparaître dans la foule justement.

G Gastronomie
Je suis très gourmande, épicurienne, j'adore le mélange des genres culinaires, du salé et du sucré, du nord et du sud, pas très protocolaire pour les connaisseurs de la grande cuisine française... Alors j'aime plutôt ce qu'on appelle la fusion food, je suis une grande fan du chef espagnol ultracréatif Ferran Adrià. Mon expérience dans son restaurant El Bulli reste inoubliable. Une épopée mystique! Sa cuisine, un vrai booster cérébral! J'aime aussi le bio, je suis extrêmement intriguée par la puissance psychique des aliments.

H Horreur
L'horreur, c'est la mort d'un enfant palestinien. L'horreur, c'est la mort d'un petit enfant israélien. L'horreur, c'est aussi qu'ils sont tués par des hommes, tués symboliquement par leurs pères...

I Inattendue
Elsa Zylberstein dans Le Démon de Hannah au théâtre. Surprenante en philosophie de devenir. Convaincante, formidable! Inattendue également cette interview alphabet. Ça me change des questionnaires de Proust!

J Jalousie
Dans ma profession, je n'éprouve aucune jalousie envers les actrices que j'admire. Au contraire, j'aime les applaudir et les citer à chaque occasion. Quant aux autres... pas de raison d'être jalouse!

K K.-O. Qu'est-ce qui vous met K.-O.?
Le pouvoir de l'ignorance

L Lit, littérature
Oui, bien évidemment, des livres et un bon lit, un lit et des bons livres. Je pourrais rester des heures à m'abandonner à des paresses livresques, c'est mon côté intello, et sans aucune culpabilité, c'est mon côté midinette... mais j'en ai de moins en moins le loisir.

M Maternité
Difficile d'être une bonne mère. J'ai essayé d'être une mère pour mes deux fils tout en restant une bonne fille pour ma mère. Je ne sais pas ce que j'ai le plus réussi. Il y a l'amour que j'ai pour mes fils, mais je ne pourrais pas vous dire si j'ai réussi leur "éducation". J'espère que leur inné prendra soin de leur acquis et vice versa, et qu'à l'ère que nous vivons, où tout est fait pour mettre de la mort dans la vie, ils sauront mettre de la vie dans la mort! Je sais, c'est à méditer. Mais il n'y a pas la place ici!

N Notoriété
Aujourd'hui, ça ne veut plus rien dire. Atteindre la notoriété... Si c'était à refaire, je ne le referais pas.

O Ostracisme
Je déteste! La mise à l'écart de l'autre, de celui qui n'est pas comme les autres et comme moi.

P Passion, phœnix
J'aime les gens dont la vie est consacrée à une passion. Certains artistes et certains amateurs d'art, par exemple. Sans passion artistique, je n'aurais jamais pu incarner certains rôles jusqu'à la communion avec le public ou avec l'invisible. Mais sans passion amoureuse, j'aurais sûrement pu vivre un carriérisme serein, sans m'interrompre sans fin, pour devoir renaître sans fin à moi-même et à mon travail d'interprète. Oui, je suis une femme phœnix.

Q Question qui ne vous a jamais été posée
Voulez-vous que je vous emmène sur mon cheval blanc pour vous rendre la plus heureuse du monde?

R Rire, ce qui vous fait rire
Florence Foresti quand elle m'imite en Marie Stuart!

S Simplicité
Ce n'est pas pour faire simple, mais je ne peux pas vivre sans ma simplicité envers les autres, et la leur envers moi. J'aime les choses simples mais arrangées avec harmonie, élégance et goût.

T Terreur, terrorisme
Une des maladies de ce nouveau siècle perdu par la religion qui a fait du hors-la-loi sa loi... sans foi.

U Usurpation=fausses valeurs
Je ne supporte pas la confusion des genres induite par les médias et internet. Les fausses valeurs courent d'une page Web à l'autre. Cela fait de moi une "inter-autiste".

V Vacances ou vigilance? Vieillir
Les vacances, c'est pour être avec les enfants. Sinon, je n'ai jamais été une grande vacancière comblée. La vigilance, oui pour contrer tout ce qui vous empêche d'être vous-même. Et même si vieillir, ça échappe à notre vigilance, et ça craint, pas tant pour l'apparence qui se dégrade -c'est le destin de notre genre humain-, mais plutôt pour les fonctions vitales qui s'épuisent, la santé qui lâche. Et quand on se met à dire qu'il n'y a que la santé qui compte, comme moi, je rigole parce que c'est déjà un signe de vieillissement.

W Wagons, trains , départs
Plutôt qu'à l'Orient-Express, je pense à la déportation, l'homme réduit à l'état de bétail. L'horreur absolue, le crime total. Je suis une grande admiratrice d'Etty Hillesum qui a écrit sur l'Holocauste Une vie bouleversée, dont j'ai acquis les droits pour le faire adapter, et produire un film dans ces prochaines années.

X X: être anonyme
Ah! Quand c'est possible, quel soulagement!

Y Yacht. Le luxe, c'est quoi pour vous?
Le luxe c'est un peu de lumière là où il n'y a que de l'ombre. Il est donc relatif. Parfois c'est une sublime parure, un sac magnifique, parfois simplement un fruit de saison très frais, des bons draps très doux.

Z Zéro. Plus rien à dire?
Il y a quand même encore quatre lettres pour ne plus rien dire, pour dire le rien.

Par Marie-Claire Pauwels - FEMMES décembre 2009