Les envies d'Isabelle

17 octobre 2011

Première interview d'Isabelle Adjani pour la sortie prochaine du film De Force dans l'hebdomadaire Télé Cable Sat paru ce matin et dont voici un extrait.



Conversation Exclusive
L’actrice fait son grand retour au cinéma, à l’affiche de «De force», premier film de l’ancien truand Frank Henry, avec également Éric Cantona, Simon Abkarian et Thierry Frémont. En exclusivité pour Télé Cable Sat Hebdo, elle explique son goût retrouvé pour le cinéma et évoque ses envies.
Elle s’est toujours fait fort d’être là où on ne l’attend pas. En 2009, elle offre une prestation remarquable et remarquée dans La journée de la jupe, un film qui, au départ, n’était destiné qu’à être diffusé à la télévision. En 2010, elle donne la réplique à Gérard Depardieu dans le délirant Mammuth des deux ressortissants grolandais Benoît Delépine et Gustave Kervern. Avec De force, elle réitère dans l’originalité puisqu’il s’agit du premier film en tant que réalisateur de Frank Henry, ex-truand et ancien membre du Gang des postiches, vingt ans de prison au compteur.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de participer à De force ?
La première chose qui m’a interpellée, c’est la démarche de l’auteur (Frank Henry, ndlr) qui a voulu mettre son vécu dans le film sans halo romantique dans son traitement. L’idée qu’un homme, qui a eu un passé aussi violent, ait pu se réinventer au travers de l’écriture et ensuite de la mise en images, m’intéresse. Ensuite, je joue un personnage de femme flic pris dans la tourmente de son sens du devoir. J’avais la possibilité d’en faire un personnage nouveau pour moi, qui ne rentrait pas a priori dans mes cordes.

Comment s’est passée votre première rencontre avec Éric Cantona, votre partenaire dans le film ?
C’est quelqu’un d’assez timide. Je suis souvent très intimidée par les gens timides parce que j’ai toujours peur de les brusquer, et ça me renvoie à ma propre timidité. Je le trouve très professionnel. Il est acteur, comme s’il n’avait jamais été autre chose.

Pourquoi n’acceptez-vous pas davantage de projets ?
Être actrice nécessite quand même de ne s’intéresser qu’à soi. Non ? On ne peut plus avoir de temps pour les autres. Les autres étant la famille, les enfants, les conjoints. Et en ce qui me concerne, je n’ai jamais su résister à l’appel des autres. C’est parfois professionnellement préjudiciable. [...]

Cédric Melon

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Isabelle Adjani dans le Télé Cable Sat Hebdo n°1120 en kiosque cette semaine.